Le diabète de type 2 était anciennement appelé diabète non insulino-dépendant. Dans ce type de diabète, la fabrication d’insuline par le pancréas est relativement préservée, même si avec le temps elle finit par se tarir.
L’hyperglycémie est secondaire à une insulino-résistance, c’est à dire que les cellules sont résistantes à l’action de l’insuline, comme si l’insuline était inefficace. Il existe dans ce type de diabète une prédisposition génétique et l’hérédité est prépondérante : on retrouve ainsi fréquemment des diabètes de type 2 dans les familles de diabétiques. Le surpoids, le manque d’activité physique, la sédentarité sont des facteurs aggravants.

Le diabète de type 2 est souvent découvert très tardivement : les premiers symptômes (envie d’uriner plus fréquente et soif plus abondante) ne surviennent que si la glycémie est déjà bien élevée, donc après plusieurs années. Sinon, la glycémie modérément élevée n’entraîne aucune manifestation perceptible. La maladie est dite silencieuse. L’hyperglycémie entraîne des complications sournoises qui, elles aussi, sont longtemps silencieuses.
Il faut donc aller au-devant du diagnostic par un dépistage, surtout chez les personnes les plus exposées.
Une fois le diagnostic réalisé il faut rechercher des complications silencieuses par des examens approfondis, et il faut motiver le patient à se traiter, même s’il ne se sent pas malade!

Il convient tout d’abord de faire la promotion

  • d’une alimentation à forte densité nutritionnelle
  • de l’activité physique
  • de la lutte contre le tabagisme afin d’améliorer le statut antioxydant et minéral.

Les apports totaux en vit E, magnésium, chrome, taurine sont indispensables pour améliorer la sensibilité à l’insuline

L’acide alpha lipoïque est lui aussi efficace pour stimuler la fabrication d’insuline.

L’apport d’anti oxydant et en particulier de cannelle protège l’organisme contre cette diminution de sensibilité à l’insuline qui est liée à la “malbouffe”, au stress et au vieillissement.

Des chercheurs français ont mis en évidence le fait que les personnes souffrant de diabète de type 2 pourraient tirer un bénéfice considérable en augmentant leur apport en acide gras poly-insaturés de la famille des oméga-3

Si la complémentation nutritionnelle est importante, il est bien évident qu’une hygiène de vie, une activité physique régulière, et une alimentation bien équilibrée est également indispensable.